vendredi 9 décembre 2016

Thouars d'antan (11)


Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Toute la série Thouars d'antan

mardi 6 décembre 2016

Crânement

La rue Saint-Médard est morte, disent certains. C'est faux ! Les commerçants ont le moral, certes le teint est pâlot et le sourire un brin décharné, mais ça va. On sent qu'il y a de l'espoir.
 
 vu dans une devanture de la rue Saint-Médard, Thouars.

Mauvaise foi mise à part, on n'a pas vu autant de vitrines éclairées depuis pfff... le siècle dernier. Entre artisanat d'art et cabinet de curiosités, la promenade vaut le détour. 
 
 

vendredi 2 décembre 2016

Prendre de la hauteur

Il est sympa Thomas Pesquet. De l'ISS dans laquelle il séjourne, il a pris Thouars en photo, accompagné de ce commentaire :  
"Un sentiment étrange : je me demande ce que mes proches sont en train de faire sur Terre au moment même où je les prends en photo…".
Évidemment il parle de nous, quoiqu'on ne soit pas si proches que cela - 400 km tout de même. Et trop loin pour pouvoir trinquer, parce qu'à cette heure-là on devait attaquer le digeo. 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir
 D'après une photo de Thomas Pesquet ESA/NASA (sa) sur Flick'r

 

mercredi 30 novembre 2016

Spectaculaire évasion au commissariat

Notre reporter, toujours sur le qui-vive, a pu photographier la scène, à l'arrière du commissariat.
Hier, un homme de 45 ans s'est évadé du commissariat de Thouars où il était retenu en garde à vue pour trouble à l'ordre public. Ce couvreur-zingueur de profession a déjoué la vigilance de ses gardiens et en a profité pour démonter une partie de la toiture. L'audace a payé et c'est ainsi qu'il a pu jouer les filles de l'air au nez et à la barbe aux poils sur le menton des policiers.

[ndlr : aucun n'ayant de barbe, il est plus prudent d'utiliser l'expression "poils sur le menton", la vérité est à ce prix, et au Café de la Ville, on ne mégote pas avec la vérité, vous savez, les infos sont traitées avec le sérieux ad hoc et dûment recoupées, puis recollées car elles s'éparpillent sinon].

Des complicités externes ?
Chez les policiers c'est la stupeur mêlée de honte qui domine. Même la présence d'un échafaudage n'a pas alerté la méfiance des agents. "On était même contents que quelqu'un s'occupe enfin de la toiture", avoue, penaud, une source interne qui tient à garder l'anonymat ainsi que sa cagoule.

Un profil dangereux
L'homme avait été interpellé lundi après-midi sur la place Lavault tandis qu'il hurlait à tue-tête "liberté !". Des témoins apeurés ont appelé le commissariat, deux minutes plus tard la patrouille arrivait en faisant crisser les pneus pour constater le méfait qualifié de "manifestation publique n'ayant pas fait l'objet d'une déclaration en préfecture". A ce titre et en raison de l’État d'Urgence toujours en vigueur dans le pays, les policiers ont menotté le forcené et l'ont placé en garde à vue. Le prévenu n'aurait pas su expliquer son geste, il s'est contenté de déclarer qu'il voulait voir ce que ça faisait de manifester sa liberté.

Les enfants confinés
L'affaire est prise très au sérieux en haut lieu et des recherches actives sont menées depuis hier pour retrouver le fuyard. Le préfet considère cet événement "fâcheux car trop subversif". Il a aussitôt ordonné le confinement des élèves du primaire et du secondaire jusqu'à nouvel ordre. Dans un communiqué il précise : "On inculque aux élèves le gout de la soumission à l'autorité. La liberté n'y a pas sa place, elle est et doit rester un folklore pareil aux contes de fées. Nos enfants peuvent chérir la liberté, même la dessiner si ça leur chante mais surtout pas l'utiliser".  

Dans un tel climat, la préfecture invite quiconque serait confronté à un homme se disant libre à composer au plus vite le 15.


mardi 29 novembre 2016

Réussir son CV grâce au Club des Entreprises du Thouarsais



 Course de tracteurs-tondeuses.

 Concert d'Elmer Food Beat.

Il paraît qu'il faut savoir s'adapter au marché du travail pour répondre au exigences des entreprises. En voyant les dernières activités du Club des Entreprises du Thouarsais, j'ai légèrement modifié mon CV afin de mettre toutes les chances de mon côté : 

Cliquer sur l'image pour l'afficher





vendredi 25 novembre 2016

Sus aux champignons !

De quel droit les champignons viennent-ils s'installer sur une propriété privée ?

Ah vous ne vous étiez pas encore poser la question, d'autres oui. Et leur réponse est lapidaire.

à Saint-Jacques-de-Thouars

jeudi 24 novembre 2016

Le curé de Sainte-Verge

Savez-vous que Sainte-Verge n'a pas de curé ?


L'affaire remonte à un conflit qui opposa en 1930 le conseil municipal, l’évêque et la population. Le litige ? La hausse du loyer du presbytère de 150 francs par an, ce qui est une somme très faible et révèle que l'histoire est éminemment symbolique. Une affaire de principe sur fond de laïcité : Qui du maire, de l’évêque ou des électeurs font la loi ?  

Ci-dessous un article de presse qui fait le point, six mois après le début des hostilités. 

Thouars, 17 juillet (dépêche Petit-Parisien)
Peu après son élection, la municipalité de Sainte-Verge décida que le loyer du presbytère serait augmenté. Le curé, M. Vergniau, fit savoir qu’il ne payerait pas cette augmentation, se conformant en cela aux ordres de l’évêque de Poitiers.
Un grand nombre d’électeurs signèrent une protestation contre la décision prise par le conseil municipal. Le maire, M. Bouteau, proposa alors à ses collègues de se montrer conciliants, mais ce fut en vain. Alors le maire démissionna. Il fut remplacé par M. Ernest Piet, qui, au cours de plusieurs réunions, parfois tumultueuses, tenta vainement d’obtenir des conseillers l’annulation de leur vote.
Le bail de M. Vergniau étant arrivé à expiration à la fin du mois dernier, il vient, conformément à la loi, d’être signifié au curé d’avoir à quitter son logement.
Le curé de Sainte-Verge a porté cette nouvelle à la connaissance de ses paroissiens au cours du dernier office dominical. En leur faisant ses adieux, il leur a annoncé que ses préparatifs de départ étaient faits, mais qu’il ne quitterait sa paroisse que lorsqu’il serait expulsé par des agents de la force publique.
Le Petit-Parisien – 18 juillet 1930

Par Père Igor — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4355374

Précisons deux trois choses avant de poursuivre :

- La décision du conseil municipal fait suite à une recommandation du préfet.

- Le presbytère est la propriété de la commune depuis 1905, c'est d'ailleurs à cette époque que la mention "Liberté Égalité Fraternité", toujours visible aujourd'hui, a été apposé sur un coté de l'église. C'est dire si ce climat dans la commune ne date pas d'hier.

- Le refus de l'évêque vise à ne pas créer de précédent dans le diocèse. D'autres communes ont aussi voulu augmenter les loyers des cures, dont Louzy, Saint-léger-de-Montbrun, Missé ou Saint-Varent, mais ont abandonné.

- La protestation dont il est fait mention est une pétition qui compte 204 signatures pour 280 électeurs dans la commune, soit près des 3/4 des électeurs.

Sainte-Verge, au début du XXè siècle.

Poursuivons,
L'expulsion tarde à venir et entre-temps - rebondissement ! - se tient une élection complémentaire car trois conseillers municipaux ont démissionné. Dans le contexte, ce vote a valeur de référendum sur le conflit qui agite la commune.
 
via cgw79.free.fr
Le 16 novembre, les urnes rendent leur verdict :
256 votants, dont 4 bulletins nuls sur 280 inscrits. 
Liste du maire. — MM. Bourdin, 107 voix ; Reignier, 106 v. ; Alexandre, 105 v.
Liste opposée. — MM. Bobin, 142 voix ; Guilbault, 141 v. ; Boutet, 140 v.

La liste du maire prend une raclée, il faut toutefois noter qu'on ne retrouve pas tout à fait les 204 opposants signataires de la pétition et qui étaient présentés comme des électeurs de la commune.
En réalité, ces trois nouveaux élus ne changent pas la donne au sein du conseil municipal et, malgré le désaveu évident des urnes, le maire ne revient pas sur sa décision. Le curé est finalement expulsé le 26 novembre 1930 par le commissaire de Police de Thouars (voir ci-contre).
Voilà pourquoi il n'y a pas de curé à Sainte-Verge.

________________

L'ensemble des informations provient du brillant travail qu'a réalisé Gaétan Brossard en compilant de nombreux articles de presse relatif à cet événement. A retrouver sur Geneablog79, la lecture vaut le détour, ne serait-ce que pour se remettre dans le bain de l'époque. 

  

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan