mardi 27 septembre 2016

Les roseaux pensants


Soudain, au milieu de la roselière de Sainte-Verge, un bout de littérature sous les pieds, aussi léger qu'un papyrus, aussi lourd qu'un roman.



vendredi 23 septembre 2016

Les linéaments d'une vie d'escargot

On ne comprend pas très bien ce qui se passe dans la tête d'un escargot. Cherche-t-il vraiment à aller d'un point A à un point B ? Sait-il que le plus court chemin est la ligne droite ? Tout cela nous échappe mais une chose est sûre, il en bave, toujours. 


 une rue, à Thouars.


mercredi 21 septembre 2016

De Bilazais à Sainte-Verge

Ce n'est pas tous les jours qu'un écrivain se penche sur le Thouarsais, encore plus rare qu'il en tire une matière intéressante*. Et quelle matière ! La désolation des paysages. 
Copie d'écran du tierslivre.net, le site de François Bon
Il fallait oser révéler "le beau dépouillement nu du Thouarsais" ; François Bon s'y engage car il y reconnaît "l’abstrait qui devient miroir de soi-même".

Ce sont des photographies de Marc Deneyer qui déclenchent en lui une réflexion sur notre attachement à un territoire et ce sentiment d'"être en prise soudain avec l’impalpable qui nous fait reconnaître un paysage, le savoir pour sien". Voilà à quoi tient la fascination du vide, ce trois fois rien qu'on remplit de soi pour mieux s'y attacher. Plus loin, il cite Marc Deneyer qui évoque ainsi son travail :
"J’ai écarté certaines photographies où le ciel me paraissait trop spectaculaire, trop romantique […] Même dans un paysage désolé, il y a toujours quelque chose qui se passe. Mais plus les paysages sont désolés, comme ces grandes plaines du Thouarsais, moins on s’y intéresse — jusqu’à ne plus les regarder. Elles parlent cependant tellement bien de nous-mêmes."
On aura rarement aussi bien parlé du Thouarsais, sans cliché, sans carte postale, sans éléments de langage.


Le texte est à lire ici :  http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article690



_________________________
* Toutefois, Marguerite de Navarre y consacre une nouvelle de l'Heptameron dans laquelle elle moque les mœurs des cordeliers, Rabelais tourne autour, Victor Hugo en dit deux mots et Balthazar Forcalquier en fait des livres.

mardi 20 septembre 2016

Thouars d'antan (7)


Cliquer sur l'image pour l'agrandir



Toute la série Thouars d'antan

vendredi 16 septembre 2016

Les seigneurs chiffonnés

 Henri II Plantagenêt.

Sur la place Saint-Médard, les totems à l'effigie des grandes figures historiques de la ville ont pris des airs de marionnettes depuis que les poteaux ont été coiffés de tricots.


Louis XI est méconnaissable, bien trop souriant.





Tandis que Louis II de la Trémoïlle est vraiment ressemblant, c'en est troublant.  



















Portrait de Louis II de la Trémoïlle,
 estampe de 1584

mardi 13 septembre 2016

Les secrets du Thouarsais (3)

On l'évoquait ces derniers jours (ici) la nouvelle image dont s'est dotée la Com'Com du Thouarsais révèle des surprises. Pourtant ils n'ont pas ménagé leurs efforts pour réglementer chacun des détails, jusqu'à leur façon de parler. On découvre ainsi des "éléments de langage" tous plus valorisants les uns que les autres. Ils dressent un portrait merveilleusement merveilleux. Le Thouarsais coopère, s'implique, s'affirme, innove, il a de l'ambition, de la fierté, de l'énergie positive, il se lance dans l'avenir, il est bien dans son histoire, bien dans son territoire, il révèle des secrets... Ah, tiens ! Arrêtons-nous deux secondes sur celui-là. "Révéler des secrets", quelle drôle d'idée. "Révéler des secrets", n'est-ce pas la marque des traîtres ? En toute logique les secrets sont faits pour être gardés, non ? Sinon ils n'en sont plus. Est-ce à dire que le Thouarsais n'est pas digne de confiance ? 

Guide de marque du Thouarsais, p.16


 

vendredi 9 septembre 2016

Les secrets du Thouarsais (2)

Le nouveau logo de la Com'com est accompagné d'un document de 39 pages qui fixe l'ensemble des règles à appliquer en matière de communication, une charte graphique nous apprend ce qu'il faut faire et ne pas faire pour parler du Thouarsais. Mais les images en disent plus long que prévu.


Guide de marque, page 20












Message subliminal :
On préférera Papa qui s'amuse plutôt que maman qui galère. Et dans tous les cas on s'assurera que les enfants soient mal installés.












Message subliminal :
On bannira les appareils dentaires, ça ne fait pas très thouarsais, semble-t-il. De toute façon, vu le nombre de dentistes, on ne peut pas vraiment se vanter.










Message subliminal :
Le travail de groupe, c'est nul. Mieux vaut un homme seul face à un écran. Là, il semble réfléchir à un problème épineux : "Hum... la zone Talencia n'est toujours pas pleine et avec ce taux de chômage qui n'arrête pas d'augmenter, c'est embêtant. Que faire ?... Bon, en attendant, je vais mâchouiller un stylo en toute simplicité, ça devrait faire l'affaire."

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan