jeudi 21 janvier 2016

La Dame blanche - épisode 3

Les événements qui suivent se sont produits l'année dernière, au début du mois de décembre, tandis que je me rendais au Luc, commune de Saint-Martin-de-Sanzay. Je vais les retranscrire au mieux, tels qu'ils se sont déroulés, du moins tels qu'ils me sont apparus.

***
Une véritable fée dans le Thouarsais, une vraie de vraie,  voilà qui a aussitôt aiguisé ma curiosité et je n'ai pas eu besoin d'insister beaucoup pour que mon auto-stoppeuse impromptue m'en racontât davantage sur l'histoire de la Dame blanche, d'ailleurs elle la connaissait par cœur. Malheureusement je suis aujourd'hui incapable de me souvenir de tous les détails cependant je vais retranscrire le plus fidèlement possible ce qu'elle me dit ce soir-là. 

Donc la Dame blanche du Luc est une fée. Son existence n'a pas d'âge, sa présence parmi nous remonte à des temps immémoriaux et si elle apparaît communément sous les traits d'une femme, elle est davantage un esprit, un esprit de la Nature qui se matérialise selon son gré sous des formes diverses. Ici un animal, là une plante, une odeur ou encore un songe. La fée du Luc apparaissait surtout auprès d'une fontaine avec laquelle elle se confondait, elle était un lien entre la Nature et les hommes.

- C'est-à-dire ? objectai-je car ce genre de lieu commun me semblait par trop facile. 

Elle m'expliqua alors que, selon elle, les hommes ne comprenaient pas les forces de la Nature. De cette ignorance avait émergé une peur et un respect mêlés à l'égard de forces qui les dépassaient. Le recours au divin venait expliquer le monde. Ainsi vénéraient-ils la Dame blanche du Luc autant qu'ils la craignaient.

Cette histoire commençait à m'amuser, je me demandais même si mon hôte, qui avait de vrais dons de conteuse, n'inventait pas cette histoire de toutes pièces. Mon intuition n'était cependant pas la bonne, j'ai eu depuis une confirmation de la véracité de cette légende dans un passage de l'Histoire de Thouars, d'Hugues Imbert. Dans le chapitre consacré à l'époque anté-historique et romano-gauloise, il écrit :
"Les populations dont nous parlons avaient un bois sacré à Luc, commune de Saint-Martin-de-Sanzay. La fontaine merveilleuse, autour de laquelle l'imagination des gaulois voyait errer des fées, existe encore auprès de ce village. Elle porte le nom significatif de la Blanche. Les paysans disent qu'une dame blanche apparaît quelquefois auprès de cette source, dont les eaux ont la propriété de guérir certains maux. Le Luc Thouarsais est encore au milieu des bois. A sa proximité, du côté de Sanzay, se trouve un champ nommé la Folie (1). Dans une direction opposée, non loin de Prailles, nous croyons reconnaître le refuge fortifié (2), dont les lucs sont toujours accompagnés".

 in Histoire de Thouars, Hugues Imbert, 1870

Cliquer pour agrandir



La suite demain... Et demain, on part à la recherche de la "fontaine merveilleuse".

______________________
(1) Le lieu "la Folie" renvoie à l'ancien français "foillie" qui désigne un bois, littéralement une feuillée, un ensemble d'arbres.
(2) Imbert évoque peut-être ici (ou pas) la commanderie de Prailles cependant rattacher le lieu à un culte celtique reste sans fondement. Il est à noter également que Imbert fait référence à des témoignages contemporains, il semble donc que cette croyance était encore largement répandue en 1870, voire même attestée comme une réalité.   


0 commentaires :

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo via Nom/URL dans cette même liste.
3) Et cliquer sur Publier.

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan