mercredi 2 décembre 2015

Soyez réaliste, demandez l'impossible


Au mieux les tracts de propagande électorale prêtent à rire mais le plus souvent ils donnent à pleurer.

 Extrait d'un tract pour les élections régionales. Calmel pour ceux que ça intéresse.
Ici on s'engage à "gérer de manière responsable et transparente" en annonçant... "saupoudrage des subventions, explosion des dépenses de fonctionnement, endettement..." On pouffe de rire.

Comment ? Que dites-vous ? Je suis de mauvaise foi. Ok, j'avoue, j'enlève le crayon. C'est dommage, c'était plus drôle ainsi. Et surtout, sans les rires on risque les larmes. Voyez plutôt :


"Nous devons rapidement mettre fin à tout cela", annonce-t-on, point exclamation à l'appui. Donc mettre fin à l'endettement, c'est-à-dire à l'emprunt ? De là, il va être bien difficile de financer "un projet réaliste et ambitieux" comme on le lit par ailleurs.
Allez, soyons plus réalistes qu'eux : cette proposition est irresponsable et démago à souhait. Du vrai travail de politiciens ! 

Enfin, dans le même temps, si on votait pour un programme, ça se saurait. Car on ne vote jamais pour un programme, faut-il le rappeler, et pour cause : les textes de lois n'en disent rien. On vote pour des gens et on leur laisse un blanc seing ; il en font bien ce qu'ils veulent après. On choisit le contenant de la politique, pas le contenu. Ce serait pourtant si simple - et si révolutionnaire - de faire le contraire mais non. C'est comme aller chez le marchand et lui acheter un pot avec la promesse d'y trouver du miel à l'intérieur. Vous ouvrez le pot, y découvrez une pâte de glucose informe ou du miel frelaté venu de Chine ou de la confiture d'abricot et quand vous retournez voir le marchand pour vous en plaindre, il vous répond goguenard : "Vous avez acheté un pot, vous avez un pot, et maintenant circulez, c'est pas vous qui faites la loi ici". Surtout n'insistez pas, vous provoqueriez un "trouble à l'ordre public". Alors vous retournez chez vous dépité et vous attendez six ans pour acheter un nouveau pot. Là l'histoire recommence.

Voilà, c'était la minute soporifique et pourtant nécessaire du jour.


 

1 commentaires :

Balthazar Forcalquier a dit…

Si les élections étaient efficaces, il y a longtemps qu'elles seraient interdites

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo via Nom/URL dans cette même liste.
3) Et cliquer sur Publier.

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan