mercredi 17 juin 2015

Elections, piège à quoi ?

On connaît bien l'affaire : on ne vote pas pour un programme, on élit une personne. La liberté de l'élu pendant son mandat est alors totale, y compris celle de faire le contraire de ce qu'il annonçait dans son programme. C'est tout à fait illégitime mais c'est légal - notez la nuance, elle est d’importance - car nulle part il est mentionné qu'un élu est astreint d'appliquer le programme qui lui a servi à être élu. Incroyable, non ? C'est pourtant le tour de passe-passe de la Vème République pour enterrer l'embryon de démocratie qu'elle fait naître.

Par ailleurs, en bons cartésiens que nous sommes, on comprend aussitôt qu'avec un tel système le candidat à l'élection peut raconter n'importe quoi, cela ne l'engage en réalité à rien. Si vous vous demandiez pourquoi les politiciens s'enivrent si souvent de démagogie et d'électoralisme, vous aurez trouvé la réponse. La raison du problème s'appelle le régime de la "démocratie" dite représentative.

Illustration récente à la thouarsaise.

Un an seulement après l'élection, la municipalité de Thouars vient de baisser la subvention du Centre Socio-Culturel de 8000 €, le tout sans ménagement et sans même les avoir prévenus. Pourtant le maire de Thouars, qui est socialiste, soutient les associations qui sont un gage de "solidarité", "lien social" et blalabla "votez pour moi" machin - bref, la rengaine socialiste habituelle. Tiens, encore récemment, il l'a d'ailleurs rappelé lors de la campagne des Départementales :

Extrait du programme des candidats Pineau/Gorry-Bardot
Le maire fait donc l'inverse de ce qu'il promettait. Les esprits les plus simplets tomberont à bras raccourcis sur l'élu, remettant en cause la moralité de celui-ci et gesticulant en réclamant une hypothétique "moralisation de la vie publique", comme ils disent à la télé. Faux problème en réalité car l'ennuyeux dans cette histoire n'est pas qu'un maire trahisse le programme qui l'a élu, c'est qu'il puisse le faire sans en être inquiété. Comment ? Parce qu'on ne vote pas pour un programme mais pour un élu dès lors bouffi de notre pouvoir et en disposant à gré.

Moi, je vous le dis, l'élection est à la démocratie ce que le ver est au fruit. C'est foutu d'avance.

Dessin affiché dans La Gamelle

2 commentaires :

Balthazar Forcalquier a dit…

Te voilà bientôt anarchiste Lucas !

C Lucas a dit…

Non non merci ! :-)

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo via Nom/URL dans cette même liste.
3) Et cliquer sur Publier.

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan