mercredi 18 mars 2015

La théorie de l'évolution


Disons-le tout net, les pigeons sont chiants.
J'entends par là qu'ils chient partout.

 Détail d'immeuble, avenue Victor Leclerc, Thouars
Pour pallier à ce danger notoire, la meilleure arme reste une pointe pour leur piquer le croupion. Les allemands l'avaient bien compris, eux qui mettaient des casques à pointe pour envahir leurs voisins afin de s'épargner les fiente de pigeons qui les auraient rendus ridicules et pour tout dire moins féroces. Or un soldat moins féroce ne peut plus mugir à sa guise dans nos campagnes, au mieux il grommelle et on se moque de lui. Certes, et comme le veut l'adage, le ridicule ne tue pas mais les rires qu'il suscite désarment à coup sûr. Rien à faire, le ridicule est au soldat ce que le cheveu est à la soupe : ça coupe l'appétit. Et un soldat qui n'a plus le gout de tuer, que devient-il ? Un civil, oui un civil qui, de guerre lasse, rentre chez lui cultiver son jardin. Ainsi les états-majors allemands qui cultivaient l'art de la guerre bien mieux que leurs tomates rechignaient à jeter sur l'ennemi une armée coiffée de pigeons. D'où l'invention du casque à pointe.

Refermons-là cette parenthèse historique pourtant passionnante et revenons-en à la problématique des pigeons thouarsais et à la pointe qui leur pique le croupion. Pas une pointe d'ailleurs mais un tapis qui rend les oiseaux tout de suite plus dociles, voire même constipés (j'ai essayé chez moi, sur la cuvette des toilettes ; je confirme, ça marche, mes amis ne viennent plus me visiter et je suis constipé).

Ainsi l'humanité pensait s'être débarrassée du péril des merdes d'oiseaux. Péché d’orgueil assurément ! Car le pigeon aura sa revanche, et cela à cause de Darwin. Oui le fameux Charles Darwin et sa théorie de l'évolution qui nous dit que les animaux s'adaptent à leur milieu pour survivre. Si tel est le cas, alors un jour ou l'autre les pigeons viendront forcément à bout des pointes qui leur piquent le croupion. C'est sûr, c'est écrit d'avance. Soit ils se feront fakirs, soit ils deviendront marteaux, mais ils y arriveront.       
 

0 commentaires :

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo via Nom/URL dans cette même liste.
3) Et cliquer sur Publier.

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan