lundi 19 janvier 2015

"JE SUIS UNE NOUILLE"

Une semaine après la vague d'inscriptions racistes qui a couvert la ville de Thouars d'une haine absurde, revenons sur un élément trop peu analysé et même ignoré par la Presse bien pensante. Certes le sujet est sensible mais il nous faut l'aborder tout de même. Pas de tabou au Café de la Ville !

Parmi les lieux ciblés, un restaurant de la rue Porte de Paris spécialisé dans les pâtes. 


Pourquoi s'en prendre aux nouilles ?

Il s'avère que certains groupes d’extrême-droite accusent les pâtes alimentaires de ne pas être de "pure souche française", elles seraient donc selon eux inconciliables avec le régime alimentaire qu'ils prônent : chou de Bruxelles et coq gaulois pour tout le monde. Comme souvent chez les extrémistes, leur argumentaire part d'un fait vrai qu'ils détournent ensuite pour promouvoir une idéologie de haine. La première recette de pâtes connue nous vient en effet de Mésopotamie et date de 1700 ans av. J.-C., puis on en retrouve des traces en Italie dès le Ier siècle av. J.-C. En France, on doit leur popularisation à Catherine de Médicis, au XVIème siècle. Puis les pâtes ont progressivement été adoptées par les populations locales, au point qu'il paraît aujourd'hui invraisemblable de s'en passer.

Cependant certains considèrent que les nouilles n'ont rien à faire là et qu'elles sont "intrinsèquement dangereuses", pire encore elles mettraient en péril la civilisation. On peut s'ébouillanter en les faisant cuire, affirment-ils. Ils considèrent également les farfalles comme des armes de catégorie 4 et les suspectent d'être des étoiles de ninjas déguisées (ndla: selon eux, les chinois sont partout). Enfin ils relatent qu'au Trucménistan, on fouette les prisonniers avec des spaghettis et on lapide à coup de gnocchis.


En découvrant sur ses murs des tags insultants, la population thouarsaise a spontanément manifesté sa sympathie à l'égard des victimes en reprenant à son compte le slogan "Je suis une nouille" que l'on voit désormais fleurir aux quatre coins de la ville. Une riveraine de la rue Porte de Paris témoigne de sa stupeur : "En voyant Thouars associé à la haine des pâtes au JT de France 2, j'ai eu honte. Je suis scandalisée." L'affaire faisant grand bruit, jusque dans les Ministères, Manuel Valls a assuré son plein soutien à la filière des pâtes alimentaires en déclarant dans un discours resté mémorable : "La France sans les macaronis ne serait plus la France".


La piste des intolérants au gluten. 

Les deux suspects interpellés en début de semaine dernière, s'ils reconnaissent bien les faits, n'ont toujours pas expliqué d'où provient leur haine. On ne sait donc pas avec certitude comment ils ont été endoctrinés : se sont-ils radicalisés seuls en regardant des vidéos de petits salés aux lentilles sur Internet ? Répètent-ils docilement la tambouille servie par leurs parents ? Ou bien ont-ils été embrigadés par des recruteurs anti-nouilles ? Un temps soupçonné par les enquêteurs, l'AFDIAG (Association Française Des Intolérants Au Gluten) a opposé un vif démenti en condamnant ces actes odieux et en rappelant que malgré des pratiques culinaires différentes, les intolérants au gluten vivent en bonne entente avec les mangeurs de blé.


D'autres commerces menacés ?

Par précaution la Police a renforcé ses patrouilles autour de La Pataterie. La patate étant originaire d'Amérique du Sud, on ne sait jamais. Il existe en effet une mouvance identitaire qui cultive à la fois des lentilles et la haine des pommes de terre, leurs adeptes en appelant à réduire les patates en purée. Ce groupuscule est bien connu des services de Police, un expert de l'anti-terrorisme légumineux nous livre son analyse :

"La mécanique de l'extrémisme est très simple à comprendre : c'est un système pervers d'amour-haine. L'extrémiste, quel qu'il soit, a un problème de confiance en lui : il a besoin de haïr l'autre pour s'aimer lui-même. Malheureusement, en excluant l'autre, il ne fait qu'amplifier le phénomène, il se referme sur lui, en ressent un malaise, puis il devient aigri, paranoïaque et enfin méchant à l'égard d'autrui. Ce syndrome qui touche à des degrés divers environ 20% de la population française est connu sous le nom de manichéisme. A l'Institut d’Étude des Haines Légumineuses nous avons mis en place un test rapide afin de prévenir le risque extrémiste chez les adolescents, il tient en une question :



Pour aimer ce que tu es, as-tu besoin
de détester ce que tu n'es pas ?




0 commentaires :

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo via Nom/URL dans cette même liste.
3) Et cliquer sur Publier.

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan