mercredi 18 juin 2014

Ces trop chères cabines téléphoniques

Comme annoncé dans la presse, la quasi totalité des cabines téléphoniques de notre ville a été démantelée. Ci-dessous, les fossoyeurs à l’œuvre :


Cédons deux secondes à la nostalgie idiote, idiote parce que - je me jette la première pierre - je n'ai pas mis les pieds dans une cabine depuis plus de cinq ans. Il n'y a donc pas de quoi les regretter ces trop chères cabines téléphoniques mais il faut toutefois mesurer toutes les implications néfastes qu'entraîne leur destruction : 
  • Finis les amants qui fixent des rendez-vous à leur maîtresse sans éveiller les soupçons de leur femme.
  • Finis les appels anonymes au préfet en pleine nuit, juste pour l'embêter. 
  • Finies les maladies qu'on se refilait par combiné interposé.
  • Fini d'appeler les cabines elles-mêmes juste pour voir si quelqu'un répond. Et si quelqu'un répondait, lui demander : "Mais qui êtes-vous, et pourquoi vous m'appelez ?" S'en suivait alors des conversations aussi absurdes que merveilleuses. 
  • Finies aussi les découvertes étonnantes qu'on y faisait parfois, comme ces petits livrets de 6 pages seulement qu'on y trouvait il y a quelques années (ça c'était une bonne idée, il faudrait recommencer).
Cabine du bd Ernest Renan, Thouars, vers 2006.
       

0 commentaires :

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo via Nom/URL dans cette même liste.
3) Et cliquer sur Publier.

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan