mercredi 16 avril 2014

"Le Thouarsais est une ivresse"

On ne va pas se mentir, et je le dis sans flagornerie, un bouquin tel que Chroniques noires à Thouars, de Philippe L'Excellent, alias Balthazar Forcalquier, on n'en voit pas passer tous les jours. Pour trouver un équivalent, il faudrait remonter à... - Oh la vache ! Je n'étais pas né, c'est dire si l’événement est d'importance.

L'ouvrage est un peu sauvage, il a besoin de presse-livres pour bien se tenir.

Voilà un livre plein d'exubérance, de caricatures, de drames, d'alcools, de meurtres extravagants et de joie de vivre. Du noir - celui du titre - ça c'est pour les crimes, les intrigues, les magouilles ; du rouge qui saigne mais surtout du rouge qui se boit, on y trouvera aussi du blanc, du rosé, et du Duhomard évidemment. Le tout forme un cocktail aussi explosif qu'un éclat de rire, lequel est toutefois coiffé d'un avertissement qui se veut des plus sérieux : "les personnages comme les situations n'ont aucune réalité". On pouffe de rire, personne n'y croit mais on fait semblant pour préserver les apparences, car, il faut bien le dire, si rien n'est réel, tout nous ressemble quand même. Lisez plutôt : 
Donc le Thouarsais est un pays de Cocagne, mais en mieux. Cieux radieux, gens généreux. Ah oui, les gens ! Ce sont des gens simples comme le ciel radieux et généreux. Il y a longtemps qu’ici les philosophes foireux, les amoureux du dogme, les gens de pouvoir ont été poussés vers la sortie. « Allez donc voir, 15 km à l’ouest, en Bocage, ils ont sans doute du boulot pour vous. Si ce n’est pas le cas prenez le cap au sud, Niort vous accueillera. Mais gaffe à l’est, c’est Loudun, là-bas ils vous brûleront » voilà ce qu’on leur dit avec compassion car ici nous sommes radieux et généreux. C’est ainsi qu’ils sont partis construire leurs idées ailleurs. Bon vent. Ici, en Thouarsais, le monde est resté sans chef. Ou alors le chef est un con, et lui-même le sait, il est donc moins con. Forcément.
Évidemment c'est caricatural mais quand la caricature touche juste - et elle touche juste - on y perçoit des morceaux de vérités autrement inaccessibles, non pas de grandes leçons philosophiques mais des vérités simples sur des hommes qui vivent, souffrent, rient et puis pleurent aussi. Pour les plus curieux, ceux qui se demandent ce qu'il peut y avoir de véritablement véritable dans ces histoires, il fallait être la semaine dernière à la librairie Brin de lecture pour entendre l'auteur dévoiler les anecdotes qu'on retrouve derrière les traits de certains personnages, des révélations qu'on n'écrit pas noir sur blanc sur du papier mais qu'on livre comme des confidences. Pour ceux qui l'ont raté et qui déjà s'en mordent les doigts, il y a une séance de rattrapage au Forum Média du Super U, samedi prochain, de 11h à 13h, avec dédicaces et tout le tintouin.

-------------
Chroniques noires à Thouars, Balthazar Forcalquier, Geste Édition, 13,90 €. Disponible en librairie. 

1 commentaires :

Balthazar Forcalquier a dit…

J'en rougis de confusion allez hop je m'en sers un (de rouge)
Balthazar

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo via Nom/URL dans cette même liste.
3) Et cliquer sur Publier.

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan