mercredi 12 juin 2013

La faute à Rousseau

Depuis quelques années, les massifs de la ville hier verdoyants ont été remplacés en certains endroits par des plantes plus résistantes accompagnées de gravillons en guise de paillage, l'objectif étant de diminuer la consommation d'eau.

Bd Alfred de Vigny, 2012. Les panneaux ont été enlevés depuis.
Avant cela il n'était pas rare de voir la nuit les tourniquets tournicoter à plein, arrosant tant les pelouses que le bitume. A cet égard, les panneaux annonçant les chaussées glissantes étaient un symbole de l'aberration écologique qui régnait alors : l'arrosage était si fréquent qu'on avait cru bon d'ajouter un "s".    

0 commentaires :

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo via Nom/URL dans cette même liste.
3) Et cliquer sur Publier.

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan