mercredi 3 avril 2013

Le Tyndo Gate

Hôtel Tyndo
De Louis Tyndo on connaît surtout le magnifique hôtel particulier qu'il fit construire à la fin du XVème siècle. L'homme tenait sa gloire et sa fortune de ce qu'il fut Premier président du parlement de Bordeaux et conseiller du roi Louis XI.

Mais Louis Tyndo doit son étonnante réussite à une sombre histoire de bien mal acquis, et pas des moindres puisqu'il s'agissait de mettre la main sur la vicomté de Thouars, laquelle était alors l'une des plus importantes de France, couvrant tout le Haut-Poitou jusqu'à l'océan.

En 1470, le vicomte Louis d'Amboise meurt et, comme il avait vendu la vicomté au roi Louis XI, celui-ci finit par devenir vicomte de Thouars, 34ème du nom. Mais l'affaire était litigieuse, les héritiers de Louis d'Amboise qui s'estimaient spoliés par le roi portèrent l'affaire devant la justice. Il se trouve que leur requête était tout à fait légitime, le roi Louis XI le savait et il savait également que des documents gênants pour son compte étaient entreposés au château de Thouars. Il commanda donc aux notables du coin, dont Louis Tyndo, d'aller au château récupérer des documents qui lui étaient favorables mais le but réel était plutôt de détruire les documents compromettants. Il est à ce propos difficile d'établir qui était au courant de la combine et qui ne l'était pas. Cependant, voici le récit qu'en fit Richard Estivalle, qui fut témoin de cette affaire en sa qualité de procureur du roi à Thouars :

Ils prirent dans un coffre, plusieurs titres et papiers qu'ils déposèrent dans un sac et les portèrent à l'hôtel de Me Louis Tyndo, lieutenant du sénéchal de Poitou à Thouars [...] Dans la visite qu'ils firent des lettres, ils en trouvèrent une en parchemin [...] A la lecture de cette lettre, on jugea qu'elle pouvait préjudicier au roi [...]

Deux jours après, tous ces fidèles de Louis XI retournèrent auprès de lui à Candes, où il était. Ils lui firent le rapport de ce qu'ils avaient fait. Ils lui déclarèrent le contenu de la lettre [...] Alors Louis XI leur fit faire serment à tous qu'ils garderaient le secret sur ce qu'il allait faire, et tout de suite, prenant la lettre, il la jeta au feu et la fit brûler en proférant ces paroles : Ce n'est pas moi qui la brûle, c'est le feu."

Extrait de la déposition de Richard Estivalle, cité in Philippe de Comyne en Poitou, De la Fontenelle de Vaudoré, 1836
(NB : l'orthographe du texte ci-dessus a été modernisée pour la rendre plus lisible)


Ainsi Louis XI n'avaient plus à s'inquiéter de l'héritier mécontent. Ce dernier eut tout de même gain de cause après la mort du roi, il s'appelait Louis II de Trémoille.

Quant au rôle de Louis Tyndo dans cette manigance, on le mesure à l'énorme promotion dont il bénéficia en remerciement de ses bons services, passant de sénéchal de Thouars à Président du Parlement de Bordeaux. On peut donc supposer qu'il prit sa pleine part dans l'affaire. Cela mérite bien qu'on dresse un totem à sa gloire.



1 commentaires :

Anonyme a dit…

Heureusement aujourd'hui les prévaricateurs sont punis!
Absalom

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo via Nom/URL dans cette même liste.
3) Et cliquer sur Publier.

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan