jeudi 8 novembre 2012

Les arbres mous

Lors d'une récente réunion de quartier, le maire a annoncé que la municipalité allait faire procéder à une analyse de l'état sanitaire des arbres du Boulevard Thiers. En effet, il est grand temps de s'en inquiéter, leurs feuilles sont malades. Elles sont devenues toutes rouges ces dernières semaines, c'est très inquiétant. A ce rythme-là, on ne sera pas surpris de les voir tomber bientôt ; et les arbres se retrouveront tout nus pour affronter l'hiver.


Plus sérieusement les arbres sont effectivement atteints d'un mal étrange : ils fondent. Les branches s'enfoncent inexorablement dans les troncs, elles semblent désormais plantées artificiellement au sommet, chétives et un brin ridicules. Ce sont pourtant des arbres, certes biscornus mais des arbres encore. Certains d'entre eux devaient bien faire deux à trois mètres de plus avant de se ramollir comme du beurre. Leur troncs autrefois majestueux boursouflent comme des bougies où la cire enfle et perle sur l'écorce, et ils s'affaissent dans le bitume en étalant à leur pied une bouillie informe qu'on peine à croire en bois. Et quand on s'en approche, on hésite un temps avant de poser la main sur eux de peur qu'elle s'y s'enfonce ou encore que l'arbre s'écroule comme une sculpture éphémère de pâte à modeler.     


 

A moins que ce soit là un hommage aux montres molles de Dali. Sait-on jamais, dans cette ville d'Art et d'Histoire, il faut s'attendre à tout.

"La persistance de la mémoire", S.Dali, 1931.

A ce propos, on peut écouter avec attention Salvador Dali parler des montres molles dans un entretien télévisé de 1961 pour l'ORTF. Parlant de lui à la troisième personne, il tisse un lien "mystique" entre les montres molles, le fromage et Jésus. Extrait :

"Les montres molles sont comme du fromage, et surtout comme le camembert quand il est tout à fait à point, c’est à dire qui a la tendance de commencer à dégouliner. Et alors, mais quel rapport entre le fromage et le mysticisme ? Alors Dalí a répondu une chose sublime, il a dit :« Parce que Jésus, c’est du fromage »"

Sce : sur le site de l'INA : ça devient drôle à partie de 1mn30s mais pour être tout à fait compréhensible, mieux vaut entendre le début.

Du coup, si les montres molles sont comme des camemberts, alors les arbres du Boulevard Thiers sont assurément des bûches de chèvre. 


0 commentaires :

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo via Nom/URL dans cette même liste.
3) Et cliquer sur Publier.

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan