dimanche 17 juin 2012

La légende du Toaro

Sur la pelouse de la résidence Molière, assise dans un fauteuil de camping en plastique blanc, Clotilde raconte qu'elle avait sept ans quand elle entendit l'histoire du Toaro pour la première fois. C'est son grand-père qui la racontait à la veillée en faisant craquer des noix dans ses mains pour effrayer les enfants. "Et crois-moi, je n'ai jamais mis les pieds dans le Thouet à cet endroit-là. Oh non, on préférait aller se baigner à Pommiers, c'était plus sûr, dit-elle en riant avant de poursuivre : je ne suis rien superstitieuse mais quand le tonnerre gronde, je pense aussitôt au dragon qu'est dans la rivière".

Cette légende, la voici :

Une pierre si résistante


A une époque reculée et si incertaine que les calendriers ne se risqueraient pas à lui attribuer une date précise, la région alors paisible fut plongée dans une torpeur étouffante, de grands nuages s'amoncelèrent au-dessus du Gâtinais, on guettait un orage à venir. Tandis que le ciel furieux tournoyait et enrageait, la foudre soudain ébranla la terre et déchira la sol. Cette brèche encore fumante vit jaillir un monstre d'eau et de pierre mêlées qu'on appelait Toaro. Sitôt libéré, le Toaro commença à se répandre dans la campagne, traçant partout où il passait une rivière à laquelle il donna son nom et qu'on appelle aujourd'hui le Thouet. Partout les paysans fuyaient en entendant le grondement terrifiant qui annonçait le passage imminent du torrent prodigieux. 

Quand le Toaro arriva sur les terres thouarsaises, il rencontra une pierre plus dure que toutes autres et qui l'empêchait de poursuivre son chemin. Refusant de se voir vaincu par un ridicule caillou, le dragon l'assaillit avec rage des jours durant dans un tohu-bohu infernal qui retentit dans tout l'Ouest du pays. La nuit, le Toaro dormait enroulé sur lui-même pour reprendre des forces ; ainsi fut formé le cirque de Missé. Au matin, il revenait plus fort encore. Bouillonnant d'écume, il arrachait de sa gueule des rochers entiers qu'il réduisait en graviers. Il s'acharna tant qu'il finit par se frayer un chemin mais un éperon rocheux avait si bien résisté aux assauts que le dragon n'avait pu que le contourner ; ainsi fut formé le méandre du Thouet qui serpente au pied du château d'aujourd'hui. Les paysans alentour ne tardèrent pas à vénérer ce promontoire qui avait eu raison du monstre et dans lequel on voyait un protecteur contre les affres de la nature. De cette pierre si résistante on fit une ville qu'on baptisa Thouars. Apprenant cela, le Toaro laissa la rivière s'écouler paisiblement vers le Nord et revint sur Thouars pour laver l'affront qu'on osait lui faire en édifiant une ville sur le lieu de son échec. Il leva des murs d'eau et de pierre contre la ville, l'attaquant sans cesse et pendant des décennies, assuré qu'il était de venir à bout de ce rocher orgueilleux.

Sainte Radegonde, priez pour nous


Quand vint l'ère chrétienne, on barda la ville d’églises et de chapelles pour mieux parer aux attaques d'un dragon devenu par le biais des prêches la créature du Diable lui-même. On s'attacha aussi le secours de saints protecteurs. Au sud, Saint Jean ; à l'ouest, Saint Jacques, et encore et surtout Sainte Radegonde. Radegonde, future sainte, montrait déjà quelques dispositions à lutter contre les dragons comme elle le confirmerait plus tard quand elle viendrait à bout de la Grand'Goule de Poitiers en lui jetant à la gueule des petits pains bénis tout secs appelés "casse-museaux".

La Grand'Goule (Photo Wikipedia)
A Thouars, elle s'y était déjà essayé. Mais ce jour-là, les casse-museaux ricochèrent à la surface du Thouet sans atteindre le dragon. Par vengeance, ce dernier déclencha une crue formidable qui vint lécher les murailles de la ville. Imaginez en place de l'actuelle vallée un corps bouillonnant d'eau et de pierre, ses écailles acérés raclant le rocher mieux que des lames d'acier, et les rugissements furieux de la bête. Thouars vivait ses dernières heures, partout les puits sautaient comme des geysers, les habitants affolés couraient dans tous les sens et fuyaient vers la campagne en laissant derrière eux tout ce qu'ils possédaient. Là, Radegonde, n'écoutant que son courage et sa foi, jeta dans la rivière une goutte d'eau bénite, puis des fioles entières, enfin et malgré les protestations des curés, toutes les bouteilles de vin de messe que comptait la ville. Le vin était fort bon et le Toaro s'enivra tant qu'il s'assoupit, ramenant la rivière dans son lit. 

Pour autant, le dragon était toujours vivant, et puisqu'on ne pouvait le tuer, on se résolut à s'en prendre à la rivière elle-même. Ainsi on construisit des barrages et des jetées robustes pour domestiquer le Thouet et enfermer en ces murs le Toaro. La rivière s'apaisa et devint telle qu'on la connaît aujourd'hui. On crût le dragon à jamais endormi dans la vase, on se trompait. Quand il se réveilla, la menace ne vint pas de la rivière mais du sol.

Et la terre se mit à trembler


Au XVIIème siècle, Marie de la Tour d'Auvergne décida de raser le vieux château-fort pour construire sur le même emplacement un château plus spacieux et plus imposant. Le tintamarre que produisirent les travaux sortit le Toaro de son sommeil. Voilà qu'on lui cassait les oreilles maintenant ! Se sachant vulnérable aux vins du pays, il ne pouvait penser rivaliser comme il l'avait fait auparavant. Il se souvint alors qu'il était né de la terre et fomenta une vengeance. Le registre paroissial de Saint Laon conserve ainsi ce qui advint cette nuit-là : 

extrait du registre paroissial
 de Saint Laon. Sce : sisfrance.net
"Le dimanche vingt septième d'octobre 1658 sur la minnuit précisément [...] arriva un terrible tremblement de terre qui causa fraieur à tout le monde et quoique tous fussent engourdis dans un profond sommeil, il y en eut néantmoins peu qui ne l'ouissent [...] Et quoi que ce soit une chose naturelle, ce sont toujours des signes [...] de quelque malheur extraordinaire. Dieu nous veuille miséreux". 
     
Le Toaro était réveillé. Il fut fort réjoui de la panique qu'il avait provoquée et s'imagina qu'il pouvait peut-être ainsi fissurer et abattre le grand château bâti sur ce rocher arrogant. Il fallut au dragon plus d'un demi-siècle pour rassembler toutes les forces nécessaires à l'exploit qu'il projetait d'accomplir. C'était en 1711 et Guillaume Boulliaud alors prêtre officiant en l'église Saint Médard consigna les événements suivants :

extrait du registre paroissial
de Saint Médard. Sce : sisfrance.net
"Le mardy sixième jour du mois d'octobre, sur les huit heures du soir, il se fit un fort grand tremblement de terre qui fut suivi, un quart d'heure après, d'un seond, qui effrayèrent tout le monde. Plusieurs endroits en souffrirent [...] plusieurs édifices tombèrent et plusieurs maisons s'écroulèrent. Tout le reste de la nuit fut tellement agitté qu'on entendoit de toutes parts que vents, tonnerres et tremblements de terre, lesquels tremblements ont duré près de six semaines. On s'en est encore aperçu d'un furieux ce matin à quatre heures. Depuis le dit jour, sixième dudit mois d'octobre dernier, les pluies ont esté continuelles et les vents impétueux, mais particulièrement le jour d'hier depuis deux heures du  matin jusqu'à quatre heures du soir : notre église en a beaucoup souffert".   

La ville avait toutefois tenu bon. Le Toaro épuisé par l'effort qu'il avait dû produire se laissa couler au fond de la rivière pour s'y reposer.


Une mémoire enfouie


Après le XVIIIème siècle, on n'entendit plus parler du Toaro et nous avons fini par en oublier jusqu'à son existence. Mais vous trouverez toujours un vieux cheminot pour vous glisser à l'oreille : "Remarque bien. Tu verras qu'à l'ouest de la ville, on a préféré jeter des viaducs par-dessus la vallée pour ne pas approcher de trop près la rivière, c'est pas un hasard. Sûr qu'il est pas loin, là-bas, du côté des Ursulines".

Du côté des Ursulines et quelques verres de Duhomard aidant, un pêcheur avouera avoir tout de même une hésitation quand, en place du gardon attendu, sa ligne accroche un grand silure. Un autre sera plus radical : "Quand ça vient trop lourd, moi je coupe. On ne sait jamais, je ne vais pas tenter le diable non plus".


Le lundi 11 juin 2012, la municipalité installa en toute insouciance une réplique miniature de dragon autour de la Vasque. On l'affubla d'un rembourrage de feuilles mortes tout à fait inoffensif, ignorait-on alors le nouvel affront qu'on infligeait au Toaro en se moquant ainsi de lui ? Ce jour-là, dans la soirée, Thouars connut un violent orage. Le tonnerre avait les mêmes intonations que ceux qui avaient causé tant de malheurs par le passé. Des trombes d'eau s'abattirent, faisant des rues des torrents qui filaient vers la rivière en contrebas - Dieu sait ce qu'ils pouvaient charrier! Derrière leurs fenêtres, quelques anciens, sages parmi les sages, frémissaient devant un tel déchainement et le terrible présage qu'il annonçait ; le Toaro était réveillé et il tentait d'attirer à lui son avatar de la Vasque. Ensemble ils pourraient déclencher de nouveaux cataclysmes et enfin abattre ce caillou qui résiste à tout. Le lendemain, on constata heureusement que rien n'avait bougé, la pluie avait cessé, la rivière s'en était à peine énervée, les rues s'égouttaient doucement, le soleil reparaissait, et le petit dragon était sagement resté autour de sa modeste bassine d'eau. Tout allait pour le mieux dans la ville insouciante qui ne s'aperçut pas du drame qu'elle avait évité... temporairement. Car comme le rappelle la sagesse populaire que malheureusement nous n'écoutons plus, méfions-nous de l'eau qui dort.
  
Qui sait quel danger cachent ces eaux limpides qui serpentent au pied de la ville ?

0 commentaires :

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo via Nom/URL dans cette même liste.
3) Et cliquer sur Publier.

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan