samedi 9 juin 2012

Braquage à la thouarsaise

En 1904, la Caisse d’Épargne de Thouars connut le plus farfelu des cambriolages qu'on puisse imaginer. On doit le récit de cette histoire à Alice Olivier-Laurendin, histoire qu'elle tient elle-même de son grand-père Louis Laurendin, alors conseiller municipal et qui fut un témoin direct de ces événements. Rappelons qu'à cette époque, il y a plus d'un siècle, la Caisse d’Épargne n'était pas une simple banque parmi tant d'autres mais l'un des seuls organismes à proposer une épargne ouverte à tous, via les livrets, dont les fonds étaient gérés et garantis par l’État. Ainsi, de part leur importance, les Caisses locales étaient présidées par un conseil d’administration où siégeaient le maire de la ville et des membres du conseil municipal.

l'ancienne Caisse d’Épargne, rue Drouyneau de Brie


Ceci se passait en 1904. Le trésorier, M. Chantaize venait de mourir. Le Conseil d'Administration se réunit sous la Présidence de M. Clément Ménard Maire, pour procéder à la nomination de son successeur. Fut ainsi désigné, M. Thibaudeau.

On procède à la vérification des comptes. Tout est bien. Reste à inventorier le coffre-fort. Et c'est là qu'apparaît la difficulté! En effet, seul M. Chantaize possédait la clef et connaissait la combinaison de l'ouverture! Chacun s'escrime sans succès sur la lourde porte. Que faire ? Nous sommes en 1904, rien ne se solutionnait aussi rapidement qu'aujourd'hui et la situation risquait de se prolonger. C'est alors que quelqu'un dans l'assistance eut une idée de génie. Il faut dire qu'à cette époque, le Château de Thouars était et est resté jusqu'en 1925, une Maison Centrale de Force, où les prisonniers purgeaient de lourdes peines. Or, il se trouvait parmi les "pensionnaires" de l'établissement, un cambrioleur de coffres-forts! Alors ? Après un moment de stupeur générale, on se décide à le faire venir.

Et voilà comment, bien encadré par ses gardiens, sans autre outil que ses mains, en deux temps et trois mouvements, un malfrat très spécialisé, a ouvert la porte du coffre-fort de la Caisse d’Épargne sous les yeux ébahis de ces Messieurs du Conseil d'Administration.
Le Président, très aimablement, lui a proposé une récompense: "Et bien m'a dit mon grand-père qui assistait à la scène, devine ce qu'il a répondu? D'abord il a remercié, puis il a demandé une cigarette, et si possible, pour le repas du soir, deux œufs sur le plat, et une tasse de café!…"

Depuis cette date au moins deux personnes connurent la combinaison du coffre. Lequel du reste a été changé peu après.. on ne sait jamais.

--------------------------------------
 Extrait de "Chroniques familiales thouarsaises", Alice Olivier-Laurendin, 1983.
 http://www.poisot.fr/thouars/thouars06.html



Forçats au travail dans les environs de Thouars, je crois, car je suis incapable de me souvenir d'où vient cette photo. 

2 commentaires :

Coffre-fort a dit…

Depuis, les coffres-forts ont bien évolué, depuis longtemps, les serrures de coffre-fort à clés sont devenues incrochetables, et les combinaisons mécaniques intatables.
Impossible à ouvrir sans clés, combinaions ou outils lourds et beaucoup de temps.

http://www.infosafe.fr

Lucas a dit…

Vous avez l'air d'être un spécialiste et ça tombe bien. Pour un coffre-fort AMT 0800, quels outils lourds me conseilleriez-vous ? Est-ce qu'une chignole et beaucoup de temps me suffirait ?

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo via Nom/URL dans cette même liste.
3) Et cliquer sur Publier.

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan