jeudi 26 avril 2012

Le Top 4 des raisons pour lesquelles l'îlot Saugé n'avait aucune chance d'être démoli

Voilà qui aura été l'une des polémiques les plus marquantes de l'année 2011. Faut-il ou non détruire l'îlot Saugé, ce grand bâtiment qui abrita naguère la perception des impôts ? Tout commença au printemps par une pétition prônant la démolition et qui réunit plus de 800 signataires. La mairie, prenant en compte la grogne de ces électeurs euh... pétitionnaires, mit en place un atelier d'urbanisme associant les habitants pour mieux enterrer euh... traiter le dossier. Au terme de cette étude, il fut décidé sans surprise de renoncer à cette idée farfelue de démolition. Maintenant que la tempête des débats est loin derrière, nous pouvons plus sereinement revenir sur les 4 raisons pour lesquelles l’îlot Saugé n'avait aucune chance d'être démoli.

  • Raison numéro 4

En 2008, quand l'actuelle équipe municipale annonça son projet d’aménagement, il était prévu que "l’îlot Saugé participe de l’aménagement de la place [...] Il devrait accueillir une mixité de fonctions : logements, espaces commerciaux, culturels, associatifs" (1), ce qui rejoint - comme de par hasard - les conclusions de l'atelier d'urbanisme ; bref, rien de nouveau. Cependant l'annonce du projet précisait : "La réflexion se poursuit, et les personnes intéressées sont appelées à émettre un avis soit par le site internet, soit auprès du service urbanisme de la ville, avant une nouvelle rencontre qui devrait avoir lieu à l’automne [2008]" (1). Mais il ne reçurent la pétition que trois ans plus tard, trois ans trop tard, lors même que les premiers coups de pelle entamaient déjà le chantier. A Thouars, on devrait pourtant savoir qu'on n'arrête pas un train en marche.
(1) Sce : Projet d’aménagement de la Place ST Médard et de l’ilot Saugé, 4 juin 2008.

  • Raison numéro 3

Dans le dernier bulletin municipal, Sébastien Maurin, du service Architecture et Patrimoines, assurait que l'architecte des bâtiments de France n'avait pas orienté le débat de l'atelier d'urbanisme ; il aurait pu pourtant et peut-être dû. D'après la ZPPAUP (zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager) les éléments architecturaux de l'îlot Saugé classe celui-ci parmi les "immeubles remarquables [...] dont la démolition ou la modification est interdite" (voir ci-dessous). Et une dérogation à cette directive est particulièrement ardue à obtenir.

  • Raison numéro 2

A l'automne dernier, la municipalité nous a bien rappelé que le sort de l'îlot Saugé n'était pas encore établi ; "c'est le conseil municipal qui décidera in fine de l'avenir de l'immeuble Saugé" dixit Patrice Pineau encore récemment (NR 08/02/2012). C'est oublier que le conseil municipal s'est déjà prononcé sur le sujet en 2007 lors de la précédente mandature, il donnait alors son accord de principe pour la cession de l’immeuble situé 2 et 4 rue Saugé à la société Ermès pour la somme de 195 000 € etc. A ma connaissance, cette décision n'a pas été remise en cause et est toujours valide.

Extrait du compte-rendu du conseil municipal du 18/01/2007, p.10

  • Et enfin, la raison numéro 1 pour laquelle l’îlot Saugé n'avait aucune chance d'être démoli :

Démolir ce qui fut jadis le Trésor Public ? Mais vous n'y pensez pas ! Viscéralement voire idéologiquement, la municipalité ne saurait se résoudre à faire disparaître le souvenir de sa grande tirelire. On l’idolâtrerait plutôt et peut-être y apposera-t-on une plaque commémorative : In memoriam des sous chéris ici récoltés

0 commentaires :

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire"
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo via Nom/URL dans cette même liste.
3) Et cliquer sur Publier.

 
Copyright 2009 Le café de la ville . Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates . WP by Masterplan